2014-09-12T13:31:38+02:00

Marque-page (2)

Publié par Effie

Le marque-page (2)

 

Voici le deuxième article de la catégorie ! Cette fois-ci, il portera sur un seul ouvrage : "La vie devant soi" de Romain Gary sous le pseudonyme d’Émile Ajar.

Le narrateur est un garçon de dix ans (puis quatorze), Mohammed, qui vit  chez Madame Rosa (qui est comme sa mère pour lui) et il échange parfois certains mots ou il a des expressions assez drôles, ce qui en fait une lecture touchante et dure à la fois car son histoire est triste. Les citations sont plutôt courtes donc je vais en mettre beaucoup.

J'ai beaucoup aimé ce livre, mais c'est surtout à la deuxième moitié que je suis vraiment entrée dedans. C'est un livre magnifique, avec pleins de citations à partager si vous ne l'avez pas encore lu. Nous l'avons lu toutes les deux et avons chacune trouvé des passages superbe.

"Bien sûr, elle n'était jamais tout à fait tranquille là-dessus car pour ça il faut être mort. Dans la vie c'est toujours la panique."

p.29

 

"Les gens tiennent à la vie plus qu'à n'importe quoi, c'est même marrant quand on pense à toutes les belles choses qu'il y a dans le monde."

p.57

 

"- C'est la que je viens me cacher quand j'ai peur.

- Peur de quoi, Madame Rosa ?

- C'est pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur, Momo.

Ça, je l'ai jamais oublié, parce que c'est la chose la plus vraie que j'aie jamais entendue."

p.63

 

"Je ne sais pas du tout de quoi Madame Rosa pouvait bien rêver en général. Je ne vois pas à quoi ça sert de rêver en arrière et à son âge elle ne pouvait plus rêver en avant."

p.69

 

"Monsieur Hamil aussi, qui a lu Victor Hugo et qui a vécu plus que n'importe quel homme de son âge, quand il m'a expliqué en souriant que rien n'est blanc ou noir et que le blanc, c'est souvent le noir qui se cache et le noir, c'est parfois le blanc qui s'est fait avoir. Et il a même ajouté, [...] : "Croyez-en ma vieille expérience." Monsieur Hamil est un grand homme, mais les circonstances ne lui ont pas permis de le devenir."

p.84

 

"Moi, l'héroïne, je crache dessus. Les mômes qui se piquent deviennent tous des habitués au bonheur et ça ne pardonne pas, vu que le bonheur est connu pour ses états de manque. Pour se piquer, il faut vraiment chercher à être heureux et il n'y a que les rois des cons qui ont des idées pareilles. [...] Mais je ne tiens pas tellement à être heureux, je préfère encore la vie."

p.90

"Quand on est môme, pour être quelqu'un il faut être plusieurs."

p.104

 

"Un môme qui a un père flic, c'est comme s'il avait deux fois plus de père que les autres."

p.108

 

"Non, ce que j'aimerais, c'est d'être un mec comme Victor Hugo. Monsieur Hamil dit qu'on peut tout faire avec les mots mais sans tuer des gens et que j'aurais le temps, je vais voir. Monsieur Hamil dit que c'est ce qu'il y a de plus fort. Si vous voulez mon avis, si les mecs à main armée sont comme ça, c'est parce qu'on les avait pas repérés quand ils étaient mômes et ils sont restés ni vus ni connus. [...] Madame Rosa dit que la vie peut être très belle mais qu'on ne l'a pas encore vraiment trouvée et qu'en attendant il faut bien vivre. Monsieur Hamil m'a aussi dit beaucoup de bien de la vie et surtout des tapis persans."

p.128

"Des fois même j'avais envie de défendre le choléra parce que lui au moins c'est pas sa faute s'il est comme ça, il a jamais décidé d'être le choléra, ça lui est venu tout seul."

p.143

 

"Ce n'était pas pour me sauver, ça n'existe pas, c'était seulement pour ne plus être là."

p.161

 

" - Madame Rosa, c'est seulement la vie, et on peut vivre très vieux avec ça. Le docteur Katz m'a dit que vous êtes une personne de votre âge et il a même donné un numéro pour ça."

p.167

 

"[...] Madame Rosa ne voulait pas courir le risque d'être couchée en bonne et due forme sur des papiers qui le prouvent, car dès qu'on sait qui vous êtes on est sûr de vous le reprocher."

p.170

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog