Archives

2015-05-31T20:30:32+02:00

Le journal d'Aurélie Laflamme me fait (toujours autant) rire...

Publié par Dune

Le journal d'Aurélie Laflamme : Un été chez ma grand-mère

India Desjardins

Résumé :

À l'aube de ses quinze ans, Aurélie Laflamme a pris une décision: celle de devenir plus mature. Plus question de se laisser envahier par toutes sortes d'émotions incontrôlables! Peu importe sa rupture avec Nicolas, ses mauvais résultats scolaires et le fait que sa mère parte en voyage avec son nouveau chum (possiblement diabolique) de l'autre côté de l'Atlantique, Aurélie (aidée par tout le chocolat qu'elle peut trouver) veut rester zen. Heureusement que l'année scolaire tire à sa fin, elle pourra enfin souffler et mettre à profit sa nouvelle résolution! Mais comment y arriver quand elle doit s'expatrier à la campagne chez sa grand-mère pendant que sa meilleure amie, Kat, passe un mois dans un camp d'équitation et que son voisin, Tommy, se rend dans sa ville natale?
Alors qu'Aurélie se prépare à passer un été à écouter gazouiller les moineaux et à observer la danse nuptiale des vers de terre (bref, déprimant!), elle ne peut imaginer la foule de péripéties qui l'attendent...
Mon avis :

J'ai lu les deux premiers tomes d'Aurélie Laflamme il y a bien longtemps. Lorsque j'avais encore la tête d'une jeune fille innocente et que m'apercevoir lire un livre avec une couverture girly au possible, n'était pas trop choquant.

J'avais abandonné depuis bien longtemps l'idée de lire la suite car le tome trois semblait en voie de dîsparition à la bibliothèque. (Le problème des séries : à la bibliothèque, il y a tout les tomes sauf celui que vous souhaitez, bien entendu.)

Mais l'autre jour, j'ai vu le fameux tome trois, (après deux ans. 

Je suis dans un premier temps passée devant sans faire attention, me disant que j'avais passé l'âge pour Aurélie Laflamme, parce que moi, madame, je lisais des livres d'une maturité hautement supérieur. Des livres sur le sens de la vie, par exemple.  

Mais j'ai pas résisté à l'appel d'Aurélie et moi et ma grande maturité avons emprunté ce livre et nous nous sommes empressés de le lire.

Et franchement, même si ça faisait longtemps, j'ai adoré retrouver Aurélie et son caractère totalement décallé et fou. Cette jeune fille, âgée de quatorze ans (ou quinze...) a une logique qui dépasse la logique d'un simple mortel. 

Elle sort parfois des trucs incroyables et complètement loufoques. 

Elle se fourre dans des situations totalement loufoques et s'en sort par des manoeuvres encore plus étranges. J'ai tellement ri. Je trouve ça dur pour une auteure d'écrire un journal qui a un réel intérêt. Souvent on s'enlise rapidement et ça devient hyper ennuyeux mais là...Je pouffe de rire toute les trois secondes et je n'ai pas posé le livre avant de l'avoir fini. 

Aurélie est vraiment un personnage qui me touche malgré tout. On pourrait se dire que vu qu'elle est hyper drôle, elle est superficielle mais non. Son père est mort lorsqu'elle était plus petite et souvent, elle se protège avec son humour et ses loufoqueries. Je me reconnais pas mal en elle, c'est peut-être pour ça qu'elle me touche et m'attendrit autant.

D'ailleurs, c'est très touchant car dans ce tome, elle rencontre sa grand-mère et il y a une sorte de complicité maladroite qui s'installe entre elles. (D'ailleurs, le titre ne reflète même pas l'histoire. Elle passe la moitié du livre voire le tiers chez sa grand-mère. Bref. On dirait un peu le titre de Martine style "Martine passe un été chez sa grand-mère". Pff. )

En bref, j'adore vraiment cette série car elle me fait tellement rire et est bien moins bête qu'elle en a l'air. 

En résumé, j'adore Aurélie et son journal, frais et pétillant qui me fait rire seule dans ma chambre !

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-05-24T11:56:35+02:00

La société des jeunes pianistes, un magnifique roman musical...

Publié par Dune

La société des jeunes pianistes

Ketil Bjornstad

Résumé :

La Société des Jeunes Pianistes, c’est le nom que s’est donné un groupe d’adolescents passionnés, à Oslo, à la fin des années 1960. À la fois amis et rivaux, ils ont en commun l’amour de la musique; pourtant, un seul remportera le concours du « Jeune Maestro ». Tous vont subir une terrible pression de leur entourage, mais surtout d’eux-mêmes. La Société des Jeunes Pianistes est un roman initiatique, grave et subtil, qui évoque le désir, la vie, la mort.
Mon avis :
Il faut savoir que j'aime beaucoup les romans qui parlent de musique. Il faut dire que j'adore la musique. J'aime en faire, j'aime en écouter. C'est pour ça que ce livre m'a intrigué. En plus, Effie l'avait lu avant moi, (son avis ICI)  sur les conseils de la bibliothécaire et l'avait beaucoup apprécié. Pour la petite histoire, la bibliothécaire ne m'a jamais adressé la parole (et me fusille régulièrement car je suis désormais connue comme "La fille qui rendait les livres en retard"),  mais lorsque j'ai pris ce livre, elle m'a souri (un sourire, et oui !) et m'a avoué que c'était son livre préféré. 
 J'aime bien lire le livre préféré de quelqu'un. J'ai l'impression de mieux comprendre la personne et de partager un secret avec elle...
Bref.
Ce livre est juste excellent à mon avis. Il est vraiment dur dans un sens et l'ambiance qui s'en dégage est assez malsaine et pourtant... J'ai adoré.
Ce roman parle de la musique et du monde très dur et très sélectif qui l'entoure. Ce monde fascinant est à la fois attirant et révoltant. Ce monde paradoxal où tout le monde est en compétition et en même temps, tout le monde est ami. Ils sont cinq : Aksel, le héros, Ferdinand, Rebecca, Ingrid-Margareth (elle s'appelle pas comme ça mais j'ai oublié son nom, quelqu'un s'en souvient ?) et Anja, la jeune pianiste miracle dont Aksel tombe amoureux. Ils sont tantôt ennemis, tantôt amis. Ils partagent une passion : la musique. Et un rêve : devenir un grand pianiste. Cependant, ils savent pertinamment que les élus sont rares. Et pourtant, ils s'encourages, se toisent, rient ensemble, pleurent ensemble. Je dirais que ce roman joue sur les paradoxes qui font l'être humain et prouve que la musique réussit à rassembler tout ces paradoxes pour en faire quelque chose de beau.
 
Le roman commence de manière forte. Dès les premières pages, j'ai été happée dans la vie d'Aksel, le héros. Que dire d' Aksel ? C'est un personnage atypique, étonnant, étrange. Il semble presque contempler sa vie, de loin.  Ce n'est pas un personnage que je qualifierai d'attachant. Il semble rejeter le lecteur comme il se rejette lui-même. Ses agissements sont, pour la plupart, largement discutables. Il a pleins de faiblesses et il en est conscient. Il est persuadé d'être un grand pianiste même s'il ne l'est pas encore. Mais dans un sens, il est tellement humain. C'est un personnage très complexe, un peu torturé, un peu perdu qui n'a que deux repères dans sa vie : le piano et Anja. Je me suis attachée à lui, malgré tout. Les autres personnages aussi sont assez étranges et tristes. Il y a une certaine mélancolie qui se dégage de chacun d'eux. Ils semblent tous un peu torturés et obsédés par la musique.
L'auteur a une très belle plume. Il a réussi à faire passer énormement d'émotions contradictoires à travers ce roman. J'ai été happée dans l'histoire et je l'ai dévorée en à peine quelques heures. Je suis allée de surprises en surprises. La fin m'a juste soufflé. L'auteur réussit à retourner la situation d'une manière surprenante. Je dois avouer qu'avec ce livre, je ne savais jamais à quoi m'attendre. En moins de deux minutes, je me suis retrouvée à la dernière page, encore toute étourdie et pas sûre d'avoir bien compris.
J'ai appris qu'il y avait un deuxième tome. J'espère pouvoir me le procuer car je suis curieuse de voir ce que cela donne (par contre le résumé du deuxième tome est vraiment nul, il spoile littéralement tout.) 
Concernant l'histoire d'amour, elle n'est pas des plus habituelles. On pourrait dire que ce livre est centré sur cette histoire mais c'est très réducteur de dire cela. 
En résumé, un roman étonnant, fort et poignant sur l'amour, la musique et la mort. 
Article de Dune
 

Voir les commentaires

2015-05-18T10:39:49+02:00

L'appétissant Lundi (19)

Publié par Dune

L'appétissant Lundi (19)

L'appétissant Lundi a été mis en place Par Brittany du blog Nice Girls Read Books et repris en français par Mademoiselle Libellule du blog You Once Told Me (Qui choisit des couvertures à couper le souffle, au passage..Je vous invite à aller voir !)

" Parce que la morale à beau dire qu'il ne faut jamais juger un livre par sa couverture, admettons qu'elle est quand même faite pour ça. Après tout, comment juger un livre autrement ? On ne peut pas tous les acheter, on doit choisir, et quel autre critère que la couverture ?"

----

Hello, hello ! Je vous retrouve aujourd'hui pour une sélection de couverture hyper belles que j'ai découvert il y a un moment mais que j'avais la flemme de publier (flemme quand tu nous tiens.) Bon, je sais, en soi, c'était pas compliqué d'aller dans brouillon pour appuyer sur le bouton publier. Mais tout de même, ça demande un effort psychologique que mon misérable cerveau refusait de faire. Pour me faire pardonner, je vous met des couvertures fraîches et jolies. 

 

 

The lies about truth - Courtney C. Stevens

99 days - Katie Cotugno

Velvet undercover - Teri Brown

L'instant précis où les destins s'entremêlent - Angélique Barbérat

Voilà, voilà !

Laquelle préférez-vous ?

Laissez un commentaire pour me dire ce que vous en pensez et ce bébé phoque viendra vous faire des bisous.

Xoxo 

Dune

 

Voir les commentaires

2015-05-17T14:26:15+02:00

From a distant star ou le roman YA original...

Publié par Dune

From a distant star

Karen McQuestion

Résumé :

Seventeen-year-old Emma was the only one who hadn’t given up on her boyfriend, Lucas. Everyone else—his family, his friends, his doctors—believed that any moment could be his last. So when Lucas miraculously returns from the brink of death, Emma thinks her prayers have been answered.

As the surprised town rejoices, Emma begins to question whether Lucas is the same boy she’s always known. When she finds an unidentifiable object on his family’s farm—and government agents come to claim it—she begins to suspect that nothing is what it seems. Emma’s out-of-this-world discovery may be the key to setting things right, but only if she and Lucas can evade the agents who are after what they have. With all her hopes and dreams on the line, Emma sets out to save the boy she loves. And with a little help from a distant star, she might just have a chance at making those dreams come true.
 

Mon avis :

Je ne savais pas exactement de quoi parlait ce roman avant de le commencer. J'avais parcouru le résumé en vitesse et j'avais trouvé la couverture si jolie que ça m'avait paru judicieux de regarder en détail de quoi ça parlait. 

Par conséquent, lorsque j'ai vu des aliens arriver dans mon livre, je me suis dit, qu'à l'avenir je lirai plus attentivement le résumé. (Même si maintenant que je l'ai relu, rien ne précise clairement qu'il y a une présence alien dans ce livre. Il faut savoir que c'est des aliens pour comprendre le sous-entendu du résumé.)

Bref.

Malgré ma surprise au départ, je me suis prêtée au jeu et j'ai plutôt apprécié ma lecture. C'est l'histoire d'Emma, une jeune fille de dix-sept ans, amoureuse de Luca, un garçon atteint du cancer et en phase terminale. Tout le monde le condamne mais elle refuse d'admettre sa mort imminente. Mais par un heureux hasard, elle rencontre un alien et va tenter de sauver son amour, à tout prix. Faut dire que le plot de base est sacrément original (j'ai essayé d'en dire le moins possible...) et j'ai été positivement surprise à ce niveau-là. 

J'ai bien aimé les messages que l'auteure essayait de transmettre à travers le personnage de Scout, le jeune alien qui observe notre planète, perplexe. 

Pourtant, j'imagine que c'est à cause du thème alien, je n'ai que moyennement accroché. Je n'aurais pas qualifié ma lecture d'addictive. Cela se lisait bien mais sans plus. C'est surtout vers les 55% que je me suis vraiment mise à être passionnée par l'histoire. Le début est lent à se mettre en place et je dois avouer qu'au début, non seulement, j'étais vraiment en train de me demander ce que j'étais en train de lire, tellement j'étais surprise. Je trouvais ça un peu gros que les héros acceptent totalement l'idée d'avoir un alien en face d'eux. Personellement, j'aurais tendance à envoyer la personne chez un excellent psychologue s'il me disait qu'il pensait être un alien. Mais bon. J'imagine qu'il faut avoir l'esprit un peu ouvert. Mais tout de même, ils acceptent l'idée très facilement et ça m'a laissé un peu sceptique

Emma, l'héroïne principale m'a beaucoup touché. Elle est déterminé et cherche à sauver Luca, par dessus tout. C'est tellement agréable d'avoir une héroïne féminine aussi forte et pas cruche.  C'est dommage qu'on n'en sache pas plus sur Emma. Sur ses passions, ses amis ou autre. Elle reste très mystérieuse car à part le fait qu'on sait qu'elle aime Luca et qu'elle a une famille mono-parentale, on ne sait presque rien d'elle. 

J'ai beaucoup aimé la relation entre Emma et Scout, l'alien. Ils apprennent à se connaître et ce, malgré leurs différences et une douce amitié naît entre eux. Et j'ai encore plus apprécié qu'on ne se retrouve pas avec un triangle amoureux foireux comme je le craignais tant (alien-humain-humaine. Oh non.) C'est un mixte de romans adolescents et de science-fiction ce qui m'a beaucoup plu. Je remercie NetGalley pour l'envoi de ce livre, c'est bien chouette de découvrir des livres comme ça.

En résumé, c'est un roman Young Adult bien original qui m'a surprise sur bien des aspects mais qui ne m'a pas totalement entraînée. Je le conseille à tous ceux qui lisent en anglais et qui cherchent à découvrir un roman dit adolescent qui sort un peu des sentiers battus !

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-05-15T21:11:22+02:00

Geek, vous avez dit geek ?

Publié par Dune

Geek Girl

Holly Smale

Résumé :

Harriet Manners sait que :
- le mot "momie" dérive d'un terme égyptien signifiant "bouillasse noire et gluante".
- la lune s'éloigne chaque année de la Terre, de 3,8 cm.
- lors d'un éternuement, tous les organes s'arrêtent, le cœur compris.

Harriet Manners, jeune anglaise de 15 ans, est une geek. Une intello. Difficile donc de se faire des amis lorsqu'on porte une telle étiquette. Alors, lorsqu'elle se retrouve choisie malgré elle par une agence de mannequins, elle se dit que c'est l'occasion de changer son image.

La geek saura-t-elle devenir chic ?
Mon avis :
 
Lorsqu'on parle de geek, je ne suis jamais loin.

D'ailleurs, je ne compte plus le nombre de fois où mes parents m'ont traitée de Geek. (Papa, maman, je ne le répéterai jamais assez mais je ne suis pas une geek. Ou peut-être un peu. Mais la vraie geek, dans toute cette histoire, c'est Harriet.) Harriet a quinze ans, une obssession pour les listes et pour tous les détails de la vie, une aversion pour la mode et un bouton sur le front. Et alors que rien du tout ne la prédestinait à cela, elle est sélectionnée par une agence de mannequinat. 

Je dois avouer que j'étais un peu suspicieuse à l'ouverture de ce livre.

D'ailleurs, je me méfie habituellement de ce qui vient de chez Nathan Jeunesse car c'est terriblement...Jeunesse ( et ennuyeux et niais, également avec des héros qui atteignent un niveau de stupidité presque olympique. C'est dire.)

Bref, j'ai quand même jeté mon dévolu sur ce livre parce que ma journée craignait et je me suis dit qu'au pire, un peu de niaiserie finirait de m'achever et qu'au mieux, je passerais un excellent moment. Merci cher Holly Smale, ton livre m'a fait passer un moment génial et m'a mis d'une excellente humeur (jusqu'à ce que je retourne en cours mais ça, c'est une autre histoire.) Ce n'est pas le genre de livre qui vous fera questionner sur le sens de la vie. C'est une lecture drôle, sans prise de tête, avec une héroïne attachante et pleins de petites anecdotes en prime. 

Il est rare que je m'amuse autant à la lecture d'un livre censé être drôle. Habituellement dans les livres dits "comiques" je passe mon temps à lever les yeux au ciel en me demandant si l'auteure s'inspire des blagues carambare ou si elle les trouve toute seule. Mais là, j'ai tellement ri devant le naturel et le cynisme d'Harriet.

"Le coeur humain est censé battre entre 60 et 90 fois par minute, au repos. Celui du hérisson, jusqu'à 300 fois par minute. Honnêtement, je pense que je suis peut-être en train de me transformer en hérisson."

En soi, ce n'est pas un roman que je dirais "réaliste". Après tout, il y a peu de chance pour qu'un directeur d'une agence de mannequin complètement perché jette son dévolu sur une fille parce qu'elle n'est pas jolie mais spéciale. D'autant plus, si elle ne fait pas un mètre 98 et 30 kilos (et oui, jeunes jouvancelles, ne rêvez pas trop. Le monde du mannequinat est impitoyable et terriblement injuste.)  Mais les situations sont loufoques et les personnages encore plus. 

Le directeur du casting, par exemple est tellement stéréotypé au maximum qu'il en est hilarant. Harriet est juste un des personnages les plus sympatiques et attachants que j'ai jamais rencontré (livresquement, bien entendu.)

 

L'écriture est fluide et le style efficace. Pas trop enfantin, comme je le craignais. C'est parfait.

Ce livre est frais. 

Ce livre est drôle.

Loufoque.

Amusant.

Ce livre c'est comme de la barpapa. (Paye ta métaphore.) :

C'est génial.

En résumé, j'aime Harriet, j'aime son humour, son cynisme, ses anecdotes. J'aime ce livre. 

Voir les commentaires

2015-05-11T10:28:16+02:00

Nos faces cachées, une belle histoire...

Publié par Dune

Nos faces cachées

Amy Harmon

Résumé :

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être... Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire. L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...
Mon avis :
 
Comment passer à côté du phénomène "Nos faces cachées" ? Ce roman a fait un bruit de fou à sa sortie. Encensé par tous ses lecteurs, c'est rapidement devenu un incontournable du genre Young Adult.

Clairement, c'est une belle histoire. Avec de beaux personnages, une belle intrigue. Je comprend l'engouement général pour cette histoire.

Ce livre m'a beaucoup ému et  à plusieurs reprises et m'a fait ressentir une palette d'émotions.

Les personnages sont attachants et je ne les ai pas trouvé stéréotypés malgré mes doutes au début. Il se révèle au file de l'histoire. Bailey m'a particulièrement touché, je dois avouer. C'est un jeune garçon atteint d'une maladie qui le condamne à vivre une vingtaine d'années tout au plus. Sa répartie et son intelligence m'ont fait sourire à plusieurs reprises.

Ambrose, Ambrose... J'ai aimé la douceur et la gentillesse qui se dégageait de ce personnage. C'est une sorte d'ours maladroit.

Quant à Fern, elle est adorable. Ce n'est pas mon personnage préféré, mais elle est attachante.

Ce livre alterne des moments de flash-back et réalité. C'est également quelque chose que j'ai beaucoup apprécié. Ces moments de flash-back sont souvent des moments de joie, de tendresse qui m'ont fait sourire.

Ma pièce  de théâtre préférée est de loin Cyrano de Bergerac. Nos faces cachées a des aires à la Cyrano de Bergerac et c'est ce que j'ai beaucoup apprécié.

C'est juste la manière dont s'est amenée que j'ai trouvé un tantinet irréel et ridicule. Fern se met à écrire des lettres d'amour à la place de sa meilleure amie, la belle Rita... Sauf que sincèrement même en 2001, lorsque la plus belle fille du lycée veut sortir avec le plus beau garçon du lycée, elle ne va pas lui écrire une lettre du style "Tu es beau comme un soleil, sors avec moi, je t'aime" (Je vous promet, au début, Rita veut envoyer cela plus ou moins  à Ambroise mais Fern la dissuade parce qu'elle trouve ça nul (à juste titre, d'ailleurs) et se met à écrire les lettres à sa place.) J'ai trouvé ça mal amené et peu crédible. On peut amener des personnages à s'écrire des lettres pour des milliers de raisons différentes. Alors pourquoi, est-ce si mal amené ? A la rigeur, si la lettre de Rita était un peu mieux, pourquoi pas. Mais là, on croit pas une seconde que Rita pourrait potentiellement penser avoir une chance en écrivant ça. Je ne dis pas que des amoureux ne peuvent pas s'écrire des lettres (au contraire, c'est adorable. Et je voudrais bien recevoir une lettre d'amour, moi. Comme 95% des filles romantiques. Prenez-note, jeunes garçons.) mais juste pas celle de Rita qui est juste ridicule. Et personne sur cette planète écrirait une lettre comme ça, s'il tient à son amour-propre.

Donc, bon, je chipote mais tout de même, j'ai un peu grincé des dents.

La suite est prenante, sincèrement. L'histoire d'amour est d'une douceur qui se heurte à la dure réalité. C'est le genre d'histoire, à la eleonor & park, avec des personnages radicalement différents et hors normes qui se rencontrent et s'aiment envers et contre tout.

J'ai lu sans m'arrêter, curieuse de découvrire la suite. L'écriture est fluide et efficace, le style est simple.

J'aime beaucoup les messages que l'auteur fait passer notamment sur la beauté qui est au fond, une notion très abstraite.

Mais malgré tout, il m'a manqué quelque chose pour que cela soit un coup de coeur. J'ai beau y réfléchir, je n'arrive pas à mettre la main dessus. Il y a quelque chose qui m'a dérangé. Peut-être le fait que l'histoire se déroule sur plusieurs années et que par conséquent, l'histoire est pleine d'ellipses de plusieurs mois.

Mais ce que je retiens de l'histoire, ce n'est pas la lettre nulle de Rita ou l'histoire parsemée d'ellipse qui se déroule sur plusieurs années. Non, ce que je retiens c'est une très belle histoire aux personnages attachants qui m'a fait à la fois rire et pleurer.

Une très belle histoire, en somme.

Article de Dune

 

 

Voir les commentaires

2015-05-05T18:34:42+02:00

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants... Un magnifique roman poétique

Publié par Dune

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants

Mathias Enard

Résumé :

13 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu'il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l'invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d'un pont sur la Corne d'Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l'étrangeté byzantine, Michel Ange, l'homme de la Renaissance, esquisse avec l'Orient un sublime rendez-vous manqué.
Mon avis :
Je ressors rarement aussi enchantée d'un livre imposé que j'ai dû lire pour l'école. (Par pur esprit de rébellion, j'ai tendance à voir le mal partout dans un livre de français. Tristan et Iseult, tu n'étais pas si nul. Mais un peu quand même.) 
J'étais un peu perplexe en voyant le titre à rallonge. Je m'attendais à quelque chose de pas folichon et pourtant...
Aux premiers mots, j'ai d'abord été surprise avant d'être finalement emportée par la plume d'Enard. 
"La nuit ne communique pas avec le jour. Elle y brûle. On la porte au bûcher à l'aube. Et avec elle ses gens, les buveurs, les poètes, les amants."
Sincèrement, l'écriture de ce roman est sublime, magistrale, merveilleuse.
C'est beau, c'est fin, c'est tellement agréable à lire. On se sent bercé par tant de poésie.
Concernant l'histoire, c'est un roman historique et pourtant, ça n'a pas la forme habituelle de ce type de livre. Je trouve que ce livre sort de l'ordinaire. Il est court mais marquant. (et très inspirant pour une dissertation sur l'art. Du moins, il a intérêt à l'être. Cher livre, porte moi chance et apporte moi inspirations et réussite, je t'en prie.) 
C'est étonnat la force que l'auteur a réussi à mettre en seulement 169 pages.
Nous suivons l'histoire de Michel-Ange, ce peintre renommé mondialement notamment pour sa chapelle sixtine et son David. Il a été convié à Istanbul pour réaliser un pont pour le sultan de l'époque. L'histoire est au début plutôt centrée sur le personnage étrange de Michel-Ange avant de dériver sur une histoire d'amour tragique et magnifique.
L'auteur nous emmène à Constantinople, à la Renaissance. Et on le suit, fasciné. Je n'avais qu'une envie. Embarquer dans le tardis (Mais oui, vous savez. Le "vaisseau à voyager dans le temps en forme de cabine" du Docteur Who.)
et faire un petit saut là-bas pour voir de mes propres yeux ces châteaux magistueux et les marchés aux épices multicolores.
Bref, ce livre à l'écriture poétique m'a enchantée et je ne doute pas du fait qu'il t'enchantera également, toi, petit lecteur. C'est une lecture qui m'a un peu sortie de ma zone de confort et que j'ai adoré. J'espère pouvoir avoir l'occasion de lire d'autres romans de Mathias Enard.
 En bref, un roman à découvrire sans aucun doute. 
Article de Dune
 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog