Articles avec #nos chroniques de livres catégorie

2016-01-15T16:26:24+01:00

D'après une histoire vraie, un roman extraordinaire...

Publié par Dune

Résumé :

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »

Mon avis :

J'ai terminé ce livre bluffée, le regard perdu dans le vide.

Que dire ? Ce livre est intelligent, fin, réfléchi, fascinant, prenant, intéressant... (Vous l'avez compris, je l'ai adoré. Je l'ai terminé début 2016 ce qui fait que j'ai commencé mon année en beauté. J'espère que toutes mes lectures 2016 seront à la hauteur de ce livre...Cela place donc la barre bien haute.)

Je ne sais pas vraiment pourquoi je l'ai choisi. J'ai lu No et Moi de l'auteur que j'avais beaucoup apprécié. Cependant, il n'est pas dans mes habitudes de lire tous les romans d'un auteur par pur passion pour un de ces romans. Mais la curiosité m'a appelé quand j'ai lu ce résumé bien mystérieux.

Dès les premières pages, j'ai été fascinée. J'ai lu ce livre d'une traite. A la faible lueur de la lumière, j'étais toujours plongée dedans, les yeux dévorants les mots, la bouche ouverte comme un poisson (quelle belle métaphore, mesdames et messieurs, quelle belle métaphore.), complètement happée et me questionnant 1001 questions. Ce livre c'est l'histoire d'une amitié étrange, malsaine, dévorante. C'est l'histoire d'une fascination. Delphine nous raconte l'histoire de sa perte. Comment elle s'est perdue en partie à cause d'une mystérieuse L. puis retrouvée. A la manière d'un thriller, on voit L., apparaître dans sa vie, prendre une place plus importante. Le côté fort de ce roman c'est que Delphine nous expliquer avec détails, ce qui lui a plu avec L. Et au final, on se prend d'affection, de fascination, tout comme Delphine pour cette mystérieuse L. Alors que depuis le début, on est averti, on sait que L est nocive, on se surprend à l'apprécier, tout comme Delphine. Un tour de force.

J'aime ce livre. J'aime le mystère, l'addiction, j'aime les questions posées. Est-ce un roman ou un témoignage ? Cette question, avouons-le, nous taraude durant toute notre lecture. Et pourtant, Delphine se pose la question "Une histoire a-t-elle besoin d'être réelle pour être prenante ?" Au final, j'ai l'impression que l'auteure nous répond à moitié durant un petit passage. Mais peut-être est-ce juste une impression car ce n'est pas dit réellement. Et l'auteure joue avec cela : la part de réel, la part d'invention. Le principale protagoniste s'appelle Delphine, comme l'auteure, elle est écrivaine, elle vient d'écrire un roman avec beaucoup de succès sur sa mère : bref, cette histoire s'inscrit dans la vie de l'auteure. C'est perturbant dans un sens. Et dans un autre, à la fin du livre, je me suis demandée si sincèrement cela avait de l'importance, que cela soit réel ou pas. Et j'ai réalisé que, pour moi, non. Car d'une manière ou d'une autre, Delphine et L. se sont rencontrées, que cela soit dans ce livre, dans la vie réelle ou les deux. Et c'est ça qui compte.

En résumé, ce livre rentre dans le top ten des meilleurs livres que j'ai lu dans ma vie : prenant, étrange, intéressant...J'ai adoré.

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-11-30T12:58:51+01:00

Emmy et Oliver, un roman plein de vie...

Publié par Dune

Emmy et Oliver (Lecture VO)

Robin Benway

Résumé :

Oliver's absence split us wide open, dividing our neighborhood along a fault line strong enough to cause an earthquake. An earthquake would have been better. At least during an earthquake, you understand why you're shaking. 
Emmy and Oliver were going to be best friends forever, or maybe even more, before their futures were ripped apart. But now Oliver is back, and he's not the skinny boy-next-door that used to be Emmy's best friend. Now he's the boy who got kidnapped. A stranger - a totally hot stranger! - with a whole history that Emmy knows nothing about. 
But is their story still meant to be? Or are they like the pieces of two different puzzles - impossible to fit together

Mon avis :

Dix ans. C'est le temps durant lequel Oliver a disparu, kidnappé par son père. Et un jour, il revient. Emmy, son ancienne voisine et amie rêve depuis ses dix dernière années de revoir Olivier. Mais elle n'avait jamais pensé à ce qui se passerait après. Oliver revient. Mais il est différent. C'est un inconnu, projeté dans une vie qu'on lui impose.

Je ne me serais sûrement pas intéressée à ce roman si je n'avais pas lu la chronique diatrambique de Livresquement qui me l'a d'ailleurs très gentiment prêté (Merci, merci, merci <3) 

Le titre et la couverture ne vendent pas vraiment ce livre à sa juste valeur. On pourrait penser que ce n'est "qu'une" romance.  Maic c'est faux, c'est bien plus que cela. C'est l'histoire de deux amis qui ont été séparés bien longtemps. C'est l'histoire de Drew, le meilleur ami d'Emmy qui est rejeté par sa famille à cause de son homosexualité. C'est l'histoire d'Emmy, qui cherche à s'imposer avec des parents sur-protecteurs. C'est l'historie d'Olivier qui est déchiré entre ce qui est bien ou pas. C'est l'histoire de Caro qui se sent oublié par sa famille. 

Tous ces thèmes, tous ces personnages, rendent l'histoire terriblement vivante

J'ai lu pas mal de romans de cette auteure et ce que je lui repprochais souvent c'était que ses romans me paraîssait mal développé ou peu abouti. Mais celui-là...Elle a fait attention à chaque personnage, chaque intrigue. Tout est très fin, très soigné. Les dialogues sont un véritable plaisir à lire : je les entendais presque dans ma tête, ça sonne très juste, très vrai.

Concernant le style de l'écriture, étant donné que je lis en anglais, j'aurais du mal à faire une grosse analyse, mais c'est très abordable pour des non-bilingue comme moi et très fluide. (D'ailleurs, je constate avec joie que je lis beaucoup plus facilement en anglais maintenant !) 

 Le rythme du récit est très efficace.

En résumé, ce roman est un concentré d'authenticité, de larmes, de rires, d'amitié. C'est une histoire de perte mais aussi de retrouvaille. Une très bonne lecture.

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-11-09T13:53:03+01:00

The book of Ivy, une dystopie addictive...

Publié par Dune

The book of Ivy

Amy Engel

Résumé :

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

 

Mon avis :

J'avais plus lu de roman dystopique depuis des lustres et ce roman, avec tout le bruit qu'il avait fait à sa sortie, m'attirait terriblement. Je remercie d'ailleurs l'adorable Fanny de me l'avoir prêté, car j'ai vraiment passé un excellent moment !

Il faut l'avouer, The book of Ivy mérite bien sa réputation : il est bien ficelé, intéressant, assez additif. Il est clairement dur d'en dérocher et je l'ai dévoré en moins de deux jours. Et la frustration que j'ai ressenti lorsque j'ai tourné la dernière page était vraiment insoutenable. (Au moins, j'ai la satisfaction de me dire que je vais pas devoir attendre un an, comme ceux qui l'ont lu directement à sa sortie... Sérieusement, tous les gens qui ont attendu un an mérite un Prix Nobel de la patience. Cette fin est juste...Horrible !)

Je pense que ce qui fait que ce n'est pas un coup de coeur vient du plot de base. Je le trouve un peu facile, un peu vu dans la majorité des dystopies et l'histoire du mariage forcé qui comme par hasard est avec le personnage le plus attirant de l'histoire des personnages masculin, je trouve ça un peu facile et ça m'a fait dans un premier temps, un peu rire doucement. Mais la force de ce roman c'est que même si l'intrigue de base pourrait paraître banale voire facile, c'est que très rapidement, on est happé par l'histoire et c'est impossible de s'en détacher jusqu'un à la fin. 

Concernant les personnages, j'ai beaucoup aimé Ivy et Bishop même si j'ai trouvé que Bishop était un peu "le personnage qui tombe bien". Il est beau, gentil, aimant, attachant attendrissant, il fait même la lessive... Ceci est l'homme parfait, mesdemoiselles. (Mais du coup, on se demande presque s'il existe vraiment.) Quelle chanceuse cette Ivy !

L'écriture est plutôt simple mais efficace, elle parvient avec brio à nous faire entrer dans son univers et à créer une ambiance assez tendue. Et je trouve qu'elle réussit très bien à nous faire comprendre les sentiments d'Ivy et de Bishop. Et elle décrit avec tendresse les premiers amours.

En résumé, j'ai beaucoup aimé malgré quelques simplicité qui m'ont un peu sauté aux yeux...

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-11-06T16:35:02+01:00

Americanah, un roman franc et fort sur le racisme...

Publié par Dune

Americanah

Chimamanda Ngozi Adichie

Résumé :

«En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire.» 

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre. 
Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés? 
Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.

Mon avis :

Le racisme, voilà un sujet d'actualité et surtout, voilà un sujet particulièrement tabou. On se borne à dire que c'est mal et on ferme les yeux devant ses démonstrations. On joue à l'aveugle et au sourd, on dit que ça n'existe plus ou que c'est en voie de disparition et même si je l'espère, c'est vrai, le racisme est encore très présent et particulièrement aux Etats-Unis. (C'est juste que si on en souffre pas donc on réalise pas forcément la force du racisme.) Je me suis intéressée à ce livre suite à une vidéo de LBB, une de mes booktubeuse préfére. C'est un sujet qui m'a toujours intéressé. Et quel livre ! Quelle révélation ! 

Comme je l'ai dit, on ne réalise pas forcément la place que tient le racisme aux Etats-Unis. Jusqu'à ce livre. Jusqu'à ce que l'on plonge dans un univers impitoyable à travers le regard d'une jeune nigérienne, Ifemelu. C'est avec humour et sans faire attention au "politiquement correct" que l'héroïne nous décrit sa vie. Au début, nous la rencontrons sur un quai de gare. Elle se rend dans un salon de coiffure pour se faire tresser les cheveux et retourner ensuite vivre au Nigéria, après treize ans de vie aux Etats-Unis. Et alors qu'elle revient à ses origines, elle se souvient comment elle les a quitté et nous emporte dans un récit tout à fait passionnant. Elle nous raconte, parfois exaspérée, parfois amusée les réactions des gens vis à vis des problèmes d'intégration ou de racisme. Elle nous raconte comme, aux Etats-Unis, les racistes ont cessé d'exister contrairement au racisme qui lui, est bien présent. Elle nous raconte l'hypocrisie et le correctement politique qui induit un déni total de la présence de racisme.

 Elle nous raconte ces amours, ces cheveux crépus, ces études, ces réflexions, sa famille, ses malheurs, ses bonheurs. Et ainsi, nous suivons l'évolution de sa vie jusqu'à son retour au Nigéria. 

La plume de l'auteure est belle, bien travaillé. Il y a de très belles phrases et l'auteur a une plume parfois poétique parfois piquante.

Il est vrai que c'est un livre conséquent et pas forcément facile d'accès mais il a une force... Il en est presque addictif. Il y a juste peut-être quelques pages où le rythme ralentit un peu et où l'histoire se fatigue mais on est rapidement à nouveau happé dans l'histoire.

Ce livre, au cas où je n'ai pas paru assez enthousiasme dans les lignes au dessus, est un véritable coup de coeur et un de mes plus beaux coups de coeur 2015.

En résumé, un roman intéressant, parlant, incisif, drôle et fort sur un sujet compliqué. A lire de toute urgence.

"Il se demandait toujours quoi faire ensuite et elle, lui disait qu'elle y pensait rarement car elle n'avait pas grandi dans le faire, mais dans l'être."

Voir les commentaires

2015-10-26T17:38:14+01:00

No et moi, un roman poignant...

Publié par Dune

No et moi

Delphine de Vigan

Résumé :

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies. 
Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle. 
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage. 
No dont l’errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

Mon avis :

On les voit sans les voir. On les aperçoit au détour d'un couloir de métro, au détour d'un trottoir, et puis, on détourne les yeux.  On les oublit, avec facilité, on ne veut pas s'en souvenir. Au bout d'un moment, on les voit même plus. Et pourtant, ils sont là. Chaque jour à se battre pour vivre une journée de plus. A se battre contre les regards fuyants, contre le froid, la faim, la saleté. A se battre, avec désespoir, inlassablement, contre l'imbattable.

Et un jour, Lou, une fillette bien dégourdie de treize ans rencontre No, une SDF pas bien plus âgée. Et elle se révolte. Elle décide de sauver cette SDF, de lui offrir un toit, de la nourriture, de l'amitié, S'en suit une étrange histoire où Lou va tout faire pour aider à sortir No de sa situation désespérée. La plume magnifique de l'auteure nous raconte cette histoire qui oscille entre tendresse et violence. 

Comment ne pas être emporté dans cette histoire ? Comment ne pas aimer la délicatesse des mots que De Vigan utilise ? Comment ne pas être touché et ne pas ressortir différent de cette lecture ? 

Ce roman est court (une centaine de pages, a priori) et pourtant, il est puissant. Ce roman, sans tomber dans le pathos, nous décrit une réalité avec beaucoup de justesse.

La fin, qui fait débat et qui plaît à peu de monde m'a pourtant satisfaite. Une autre fin aurait été peu convenue. 

"On est capable d'envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l'espace, d'identifier un criminel à partir d'un cheveu ou d'une minuscule particule de peau, de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique  des milliards d'informations. On est capable de laisser mourir des gens dans la rue."

En résumé, ce roman est juste une perle, à mes yeux. Il est à découvrire de toute urgence, si ce n'est pas encore fait !

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-10-17T15:13:10+02:00

La bibliothèque des coeurs cabossés, un roman mignon mais...

Publié par Dune

La bibliothèque des coeurs cabossés

Katarina Bivald

Résumé :

Tout commence par les lettres que s'envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l'Iowa. Après deux ans d'échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu'Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine. Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis - et pas uniquement les personnages de ses romans préférés -, qui l'aident à monter une librairie avec tous les livres qu'Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance. Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel

Mon avis :

Je crois que je deviens vieille (J'ai seize ans, les gars. On ne plaisante plus.)

Non, plus sérieusement, je dois avouer que je deviens de plus en plus exigente avec mes lectures. Ce livre avait tout pour conquérir pour petit coeur. Il parlait de livres. Et on va pas se mentir, qu'aime plus une amoureuse de la lecture que de lire un livre qui parle de livre ? (Ceci est une question réthorique. La réponse est bien entendu, RIEN.) Bref, ce roman était donc bien parti.

Une bibliothécaire suèdoise, Sara, qui suite à un certain nombre de lettres échangées avec une certaine Amy, une personne âgée décide d'aller lui rendre visite dans son petit vilage américain. Arrivée là-bas, elle découvre qu'Amy est brusquement décédée mais décide de vivre quand même quelques temps à Broken Wheel. Pour être sincère, je pense que l'auteure n'a pas eu la chance de séjourner quelques temps aux Etats-Unis car la ville dont elle parle m'a semblé totalement irréaliste. Je pense que c'est ça qui m'a dérangé dans ce roman. Ce côté totalement irréaliste, presque insensé à plusieurs moments. Il y a trop de clichés pour moi. Ce cliché de cette petite ville américaine, ce cliché de la lectrice-rat sans vie sociale etc. Que ça soit dans l'économie, dans les réactions des personnages. Je ne suis pas quelqu'un de spécialement terre à terre mais il y a un moment tout de même où je fronce un peu les sourcils.

En revanche, ce qui m'a plu c'est la manière dont l'auteure parle des amoureux des livres. L'auteur pense qu'un livre peut changer la vie de quelqu'un et c'est une notion très importante dans ce roman. Je crois que c'est ça qui est plaisant dans ce livre. L'amour de l'auteure pour les livres est tellement grand qu'elle parvint à le transmettre à travers son roman. Elle parle merveilleusement bien des livres. Tellement bien que j'ai noté des titres qu'elle citait dans son roman. C'est cette énergie autours du livre qui je pense plaît tant et te fait passer outre ses nombreux défauts. Au final, on sourit et on a le coeur réchauffé par une si jolie énergie positive.

Après, je me demandais si justement il plairaît aux personnes qui n'aiment que moyennement les livres... 

Au final, ce livre m'a plu mais pas autant que je l'espèrais. Il y a trop d'énormités et de clichés pour que je sois totalement conquise. Distrayant, oui et qui donne envie de lire encore plus de livre, c'est vrai, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-10-11T17:48:35+02:00

Les étoiles en moi, une romance assez plate...

Publié par Dune

Les étoiles en moi

Andrea Seigel et Brent Bradshaw

Résumé :

Je vous présente Magnolia ! Son père est mort, son petit-ami l'a larguée pour s'investir davantage dans sa passion du surf, et sa mère est en dépression à force d'être rejetée des castings pour le nouveau show télé des ménagères... Tout ce que Magnolia cherche, c'est elle-même. Et voici... Ford ! La moitié de sa famille est en prison. L'autre devrait sans doute l'être également. Il vivote grâce à un petit boulot chez un disquaire, et son frère a revendu sa guitare pour quelques pièces. Tout ce que Ford veut, c'est une autre vie. Et Ford rencontra Magnolliia... Quand les deux adolescents sont castés pour Spotlight, la nouvelle téléréalité de concours de chant, ils voient dans cette aventure la possibilité de repartir de zéro. Avec les autres candidats, ils vivent tous ensemble dans une maison à Hollywood et chantent du matin au soir. Jusqu'à ce qu'ils tombent amoureux. Mais leur amour peut-il vraiment être sincère, face à des caméras qui espionnent chacun de leurs mouvements ? Et que faire de leur passé, qui les rattrape plus vite qu'ils ne l'auraient voulu ?
Mon avis :

Je dois avouer que ce roman me tentait depuis sa sortie. J'aimais tout. Le titre (même si concrètement il est moyennement français) , le thème, la couverture, l'idée. De plus, une petite romance pour l'été, ça me tentait pas mal.

Je l'ai lu dans un trajet. C'était rapide, mais sincèrement...J'ai de loin été convaincue.

Il y a énormement de points forts. Le fond de l'histoire est excellent. Une histoire sur un fond de télé-réalité, voilà qui est original ! D'ailleurs, cette partie de l'histoire est vraiment très bien exploitée. Les auteurs semblent réellement savoir de quoi ils parlent et dénonce certains procédés tel que le scénario écrit derrière chaque candidat.

Mais le gros point négatif de ce roman est clairement la romance. (Et le léger problème c'est qu'elle constitue 98% de l'histoire donc forcément, c'est pas terrible.) Elle sort un peu de nulle part. Les héros ont ce qu'on communément le coup de foudre.C'est bien trop rapide. C'est un peu "Wow elle est si belle, je l'aime." "Wow, il est vachement stylé et un peu mystérieux, je l'aime".

C'est typiquement les romances qui m'exaspèrent. Il n'y a pas de poésie, pas d'attractions, rien. 

Et comme la romance tient tout de même une place importante, forcément, je n'ai pas pu m'empêcher de lever les yeux au ciel à plusieurs reprises. Mais sincèrement, c'est si peu crédible. Et en plus, c'est relativement niais. C'est trop surfait, ça sonne faux. Même les personnages sonnent un peu faux. Particulièrement Ford. Je l'ai trouvé franchement stupide. Un peu "simplet". C'est sûrement dû à sa manière d'agir qui est juste...Exasperante. Il est un peu trop "télé-réalité". Je le voyais personellement comme un participant des anges de la téléréalités totalement beauf. 

Maggie m'a un peu plus touché. En effet, elle a perdu son père et elle est poussée par sa mère à participer. 

Le seul truc vraiment sympa dans cette histoire c'était la musique citée . (Wonderall d'Oasis, mes amis...C'est pas n'importe quoi.)

Je ne vais pas m'attarder dessus plus longtemps, pour moi c'était une lecture plate et sans grand intêret à pars de me divertir le temps d'un trajet. Vite lu, vite oublié.

Article de Dune

 

Voir les commentaires

2015-09-21T17:52:47+02:00

Jane Eyre, un magnifique classique...

Publié par Dune

Jane Eyre

Charlotte Brontë

Résumé :

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l'Angleterre victorienne et à trouver l'amour... Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foi en son avenir, une intrigue où se succèdent mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif. Comme elle, on veut croire que rien n'est écrit d'avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.
Mon avis :

Jane Eyre parle d'une femme (sans surprise, ladite Jane Eyre), élevée par ses cousins qui la considère comme une moins que rien (une sorte de Cendrillon.) Ce roman narre donc sa vie, pas facile, et son esprit toujours humble malgré les différentes situations. Cela parle d'amour mais pas seulement.

Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié ma lecture. Peut-être que je m'habitue mais j'ai trouvé la plume de Brontë très belle et abordable. Je n'ai pas eu spécialement de difficultés avec son écriture, ce qui arrive parfois lorsque je lis des classiques. Ma lecture était donc fluide, et j'ai dévoré mon livre, toujours plus curieuse de découvrire ce qui allait arriver à Jane.

Je me suis attachée à elle et à son caractère très "droit", très humble malgrés toutes les circonstances. Quant à l'histoire d'amour... Elle a juste ravi mon coeur de romantique. J'ai été étonnée, je dois dire par l'aspect un peu plus sombre de l'histoire, si l'on compare à Orgueil et Préjugés, l'histoire est bien plus tourmentée. Mr Rochaster est un personnage assez étrange, j'avais dû mal à le saisir, je l'avoue. Mais Jane est également un personnage bizarre et donc leur entente est assez mignonne.

J'adore l'ambiance, le contexte de l'Angleterre à cette époque. C'est vraiment un temps où j'aime me plonger même si c'est de loin facile d'y vivre.

La plume de l'auteure est belle et efficace voire presque humoristique (Bon, c'est un humour subtile, c'est pas les Guignols de l'info, hein.) Il y a une critique de l'époque omni-présente très intéressante et une image de la femme aussi très intéressante pour l'époque. 

La présence du mystère dans l'histoire rend le livre passionnant et un l'ambiance un peu mystérieuse et effrayante (Je suis facilement effrayée, je l'avoue.) 

En résumé, je regrette absoluemnt pas ma lecture de ce classique que j'ai beaucoup apprécié, je ne pouvais m'arrêter de lire. Je le conseille vivement même pour ceux qui n'aiment pas trop ce style de littérature habituellement.

Voir les commentaires

2015-09-21T17:52:42+02:00

La voleuse de livres vole mon coeur...

Publié par Dune

La voleuse de livres

Marcus Zusak

Résumé :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est - ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres...
Mon avis :
 

C'est très intelligent de donner la parole à la mort. Après tout, elle est omniprésente dans la guerre. Marcus Zusak a une plume forte, efficace et prenante. J'étais aggripée à mon livre, désireuse de connaître la suite. 

Il y a tellement de choses à dire sur ce livre. Je pourrais parler du fait que l'auteur a choisi de contextualiser son histoire chez les allemands, fait assez rare. Il a choisi de nous montrer que les héros ne sont pas forcément ceux dont on lit les noms dans nos livres d'histoires. Les héros se sont aussi eux, ceux qui, sans trop en demander et prenant leur courage à deux mains, ont abrités des juifs dans leurs caves. Je pourrais aussi parler de l'amitié entre Lisel et Rudy, une amitié rythmé de blagues, de vols et de courses effrenées.  Ou alors, je pourrais parler des mots que Lisel va utiliser pour décrire le monde à Max, l'homme juif caché.

Mais au lieu de vous en parler, je vous invite à lire ce livre et à écouter la voix tragique parfois sarcastique de la mort...Une excellente lecture !

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-09-07T10:56:49+02:00

Your voice is all I hear, un récit puissant...

Publié par Dune

Your voice is all I hear

Leah Scheier

Résumé :

Everything about Jonah is unexpected. On the first day of school, he sits next to April, when he could have chosen to sit with the popular girl. He turns down an invitation to join the school team and declares he'd rather paint. He encourages April to develop her musical talent and shrugs off the bullies that torment them.

April isn't surprised to find herself falling for Jonah. The unexpected part is when he falls for her too.

But the giddy happiness of their first romance begins to fade when Jonah's unpredictability begins to take a darker turn. April understands that her boyfriend is haunted by a painful memory, but his sudden mood swings worry her. She can't explain his growing fear of cellphones, electric keyboards, and of sounds that no one else can hear. Still, no matter what happens, April is sure that she'll always stand by him.

Until Jonah finally breaks and is committed to a psychiatric ward.

Until schizophrenia changes everything.

Though everyone urges her to let him go, April stays true to Jonah. But as the boy she adores begins to disappear in front of her, she has to face her worst fear: that her love may not be enough to save him.
 

Mon avis :

Je dois dire que j'ai choisi ce roman un peu sur un coup de tête alors que je faisais mes petites recherches sur Netgalley. La couverture et le titre me plaisait, j'ai pas vraiment cherché plus loin. Je me suis retrouvée face à un récit bouleversant qui parlait d' une maladie très peu abordée dans la littérature adolescente : la schizophrénie.

Nous rencontrons April, une jeune fille mal dans sa peau, quelque peu triste et déprimée car sa meilleure amie (et seule amie) a changé d'établissement. Le premier jour, elle fait la rencontre de Jonah, un garçon spécial mais gentil. Très rapidement, ils tombent amoureux. Mais c'est sans compter la maladie qui guette Jonah et de terribles choix les attendent. 

C'est un récit réellement dur mais à mon sens, terriblement réaliste. L'auteure ne va pas atténuer la difficulté de la situation ni l'emplifier. Elle raconte avec justesse une terrible histoire d'amour. 

Je dois dire que j'ai été très rapidement emportée dans le récit. Je me suis attachée à April mais aussi à Jonah... L'émotion qui se dégage de ce roman est puissante. Je suis passée par différents stades : incompréhension, colère, tristesse. Tristesse. Tristesse.

C'est assez terrible car à travers ce roman, l'auteure dénonce le fait que la schizophrénie est une maladie pour beaucoup honteuse. Je n'avais jamais vraiment vu ça comme ça (d'ailleurs, je ne m'étais pas vraiment penchée sur le sujet) mais  ça m'a juste brisé le coeur. J'étais totalement révoltée.

"A person sick with cancer has the support of the community. Everyone bands together and tries to help. Friends organize runs for a cure (...) Next door neighbors bring tuna casserole to the family. There are no casseroles for Schizophrenia. People are afraid, so they keep away. The families are embarrassed, so they hide. They pretend that their son or daughter has gone abroad or is busy at school-anything to avoid telling the truth."

"Une personne cancereuse est soutenue par tout le monde. Tout le monde fait équipe et tente d'aider. Les amis organisent des marathons (..), les voisins apportent de la vaiselle à la famille. Il n'y a pas de vaisselle pour la Schizophrénie. Les gens sont effrayés, alors, ils s'éloignent. Les famillent sont embarssés, ils se cachent. Ils prétendent que leur fils  ou leur fille est partie ou est occupée à l'école pour éviter à avoir à dire la vérité."

(-Dune traductrice en chef.)

On réalise à quel point c'est difficile. On s'en doute bien sûr mais en lisant cette histoire, on se retrouve face à la situation. Comment ne pas être touché par le courage d'April ? Elle n'abandonne pas et continue de supporter son amoureux envers et contre tout. Même s'il n'est plus vraiment là. C'est ça qui est vraiment tragique, c'est qu'elle se bat contre l'imbattable. Contre une maladie qui peut être atténuée mais jamais vraiment guérie. 

En résumé, ce livre raconte brillament une histoire terrible. A lire de toute urgence !

Article de Dune 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog