Archives

2015-11-30T12:58:51+01:00

Emmy et Oliver, un roman plein de vie...

Publié par Dune

Emmy et Oliver (Lecture VO)

Robin Benway

Résumé :

Oliver's absence split us wide open, dividing our neighborhood along a fault line strong enough to cause an earthquake. An earthquake would have been better. At least during an earthquake, you understand why you're shaking. 
Emmy and Oliver were going to be best friends forever, or maybe even more, before their futures were ripped apart. But now Oliver is back, and he's not the skinny boy-next-door that used to be Emmy's best friend. Now he's the boy who got kidnapped. A stranger - a totally hot stranger! - with a whole history that Emmy knows nothing about. 
But is their story still meant to be? Or are they like the pieces of two different puzzles - impossible to fit together

Mon avis :

Dix ans. C'est le temps durant lequel Oliver a disparu, kidnappé par son père. Et un jour, il revient. Emmy, son ancienne voisine et amie rêve depuis ses dix dernière années de revoir Olivier. Mais elle n'avait jamais pensé à ce qui se passerait après. Oliver revient. Mais il est différent. C'est un inconnu, projeté dans une vie qu'on lui impose.

Je ne me serais sûrement pas intéressée à ce roman si je n'avais pas lu la chronique diatrambique de Livresquement qui me l'a d'ailleurs très gentiment prêté (Merci, merci, merci <3) 

Le titre et la couverture ne vendent pas vraiment ce livre à sa juste valeur. On pourrait penser que ce n'est "qu'une" romance.  Maic c'est faux, c'est bien plus que cela. C'est l'histoire de deux amis qui ont été séparés bien longtemps. C'est l'histoire de Drew, le meilleur ami d'Emmy qui est rejeté par sa famille à cause de son homosexualité. C'est l'histoire d'Emmy, qui cherche à s'imposer avec des parents sur-protecteurs. C'est l'historie d'Olivier qui est déchiré entre ce qui est bien ou pas. C'est l'histoire de Caro qui se sent oublié par sa famille. 

Tous ces thèmes, tous ces personnages, rendent l'histoire terriblement vivante

J'ai lu pas mal de romans de cette auteure et ce que je lui repprochais souvent c'était que ses romans me paraîssait mal développé ou peu abouti. Mais celui-là...Elle a fait attention à chaque personnage, chaque intrigue. Tout est très fin, très soigné. Les dialogues sont un véritable plaisir à lire : je les entendais presque dans ma tête, ça sonne très juste, très vrai.

Concernant le style de l'écriture, étant donné que je lis en anglais, j'aurais du mal à faire une grosse analyse, mais c'est très abordable pour des non-bilingue comme moi et très fluide. (D'ailleurs, je constate avec joie que je lis beaucoup plus facilement en anglais maintenant !) 

 Le rythme du récit est très efficace.

En résumé, ce roman est un concentré d'authenticité, de larmes, de rires, d'amitié. C'est une histoire de perte mais aussi de retrouvaille. Une très bonne lecture.

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-11-09T13:53:03+01:00

The book of Ivy, une dystopie addictive...

Publié par Dune

The book of Ivy

Amy Engel

Résumé :

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

 

Mon avis :

J'avais plus lu de roman dystopique depuis des lustres et ce roman, avec tout le bruit qu'il avait fait à sa sortie, m'attirait terriblement. Je remercie d'ailleurs l'adorable Fanny de me l'avoir prêté, car j'ai vraiment passé un excellent moment !

Il faut l'avouer, The book of Ivy mérite bien sa réputation : il est bien ficelé, intéressant, assez additif. Il est clairement dur d'en dérocher et je l'ai dévoré en moins de deux jours. Et la frustration que j'ai ressenti lorsque j'ai tourné la dernière page était vraiment insoutenable. (Au moins, j'ai la satisfaction de me dire que je vais pas devoir attendre un an, comme ceux qui l'ont lu directement à sa sortie... Sérieusement, tous les gens qui ont attendu un an mérite un Prix Nobel de la patience. Cette fin est juste...Horrible !)

Je pense que ce qui fait que ce n'est pas un coup de coeur vient du plot de base. Je le trouve un peu facile, un peu vu dans la majorité des dystopies et l'histoire du mariage forcé qui comme par hasard est avec le personnage le plus attirant de l'histoire des personnages masculin, je trouve ça un peu facile et ça m'a fait dans un premier temps, un peu rire doucement. Mais la force de ce roman c'est que même si l'intrigue de base pourrait paraître banale voire facile, c'est que très rapidement, on est happé par l'histoire et c'est impossible de s'en détacher jusqu'un à la fin. 

Concernant les personnages, j'ai beaucoup aimé Ivy et Bishop même si j'ai trouvé que Bishop était un peu "le personnage qui tombe bien". Il est beau, gentil, aimant, attachant attendrissant, il fait même la lessive... Ceci est l'homme parfait, mesdemoiselles. (Mais du coup, on se demande presque s'il existe vraiment.) Quelle chanceuse cette Ivy !

L'écriture est plutôt simple mais efficace, elle parvient avec brio à nous faire entrer dans son univers et à créer une ambiance assez tendue. Et je trouve qu'elle réussit très bien à nous faire comprendre les sentiments d'Ivy et de Bishop. Et elle décrit avec tendresse les premiers amours.

En résumé, j'ai beaucoup aimé malgré quelques simplicité qui m'ont un peu sauté aux yeux...

Article de Dune

Voir les commentaires

2015-11-06T16:35:02+01:00

Americanah, un roman franc et fort sur le racisme...

Publié par Dune

Americanah

Chimamanda Ngozi Adichie

Résumé :

«En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire.» 

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre. 
Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés? 
Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.

Mon avis :

Le racisme, voilà un sujet d'actualité et surtout, voilà un sujet particulièrement tabou. On se borne à dire que c'est mal et on ferme les yeux devant ses démonstrations. On joue à l'aveugle et au sourd, on dit que ça n'existe plus ou que c'est en voie de disparition et même si je l'espère, c'est vrai, le racisme est encore très présent et particulièrement aux Etats-Unis. (C'est juste que si on en souffre pas donc on réalise pas forcément la force du racisme.) Je me suis intéressée à ce livre suite à une vidéo de LBB, une de mes booktubeuse préfére. C'est un sujet qui m'a toujours intéressé. Et quel livre ! Quelle révélation ! 

Comme je l'ai dit, on ne réalise pas forcément la place que tient le racisme aux Etats-Unis. Jusqu'à ce livre. Jusqu'à ce que l'on plonge dans un univers impitoyable à travers le regard d'une jeune nigérienne, Ifemelu. C'est avec humour et sans faire attention au "politiquement correct" que l'héroïne nous décrit sa vie. Au début, nous la rencontrons sur un quai de gare. Elle se rend dans un salon de coiffure pour se faire tresser les cheveux et retourner ensuite vivre au Nigéria, après treize ans de vie aux Etats-Unis. Et alors qu'elle revient à ses origines, elle se souvient comment elle les a quitté et nous emporte dans un récit tout à fait passionnant. Elle nous raconte, parfois exaspérée, parfois amusée les réactions des gens vis à vis des problèmes d'intégration ou de racisme. Elle nous raconte comme, aux Etats-Unis, les racistes ont cessé d'exister contrairement au racisme qui lui, est bien présent. Elle nous raconte l'hypocrisie et le correctement politique qui induit un déni total de la présence de racisme.

 Elle nous raconte ces amours, ces cheveux crépus, ces études, ces réflexions, sa famille, ses malheurs, ses bonheurs. Et ainsi, nous suivons l'évolution de sa vie jusqu'à son retour au Nigéria. 

La plume de l'auteure est belle, bien travaillé. Il y a de très belles phrases et l'auteur a une plume parfois poétique parfois piquante.

Il est vrai que c'est un livre conséquent et pas forcément facile d'accès mais il a une force... Il en est presque addictif. Il y a juste peut-être quelques pages où le rythme ralentit un peu et où l'histoire se fatigue mais on est rapidement à nouveau happé dans l'histoire.

Ce livre, au cas où je n'ai pas paru assez enthousiasme dans les lignes au dessus, est un véritable coup de coeur et un de mes plus beaux coups de coeur 2015.

En résumé, un roman intéressant, parlant, incisif, drôle et fort sur un sujet compliqué. A lire de toute urgence.

"Il se demandait toujours quoi faire ensuite et elle, lui disait qu'elle y pensait rarement car elle n'avait pas grandi dans le faire, mais dans l'être."

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog