Archives

2014-08-29T12:33:54+02:00

Marque-page (1)

Publié par Effie

Voici le tout premier article de la catégorie Marque-page ! J'ai décidé de mettre quelques passages de ma lecture en cours, j'espère que ça vous plaira :)

En ce moment, je lis une petite pièce de théâtre vraiment géniale qui s'appelle "Novecento : pianiste" d'Alessandro Baricco. C'est un monologue qui raconte l'histoire de Novecento, petit garçon né sur le bateau Virginian, qui n'a jamais quitté l'océan et qui a appris à jouer du piano magnifiquement bien. Ce livre est très touchant ! J'aurais voulu tout mettre mais j'ai du choisir mes passages préférés. Vous pouvez aller voir ce Booknode où il y a beaucoup de passages magnifiques.

Marque-page (1)

" Un jour, j'ai demandé à Novecento à quoi il pensait quand il jouait, et ce qu'il regardait, les yeux toujours droit devant lui, où il s'en allait, finalement, dans sa tête, pendant que ses mains se promenaient toutes seules sur les touches. Et il m'a répondu : "Aujourd'hui je suis allé dans un pays très beau, les femmes avaient des cheveux parfumés, il y avait de la lumière partout et c'était plein de tigres."

 

"Il voyageait, quoi.

Et chaque fois il allait dans un endroit différent : en plein centre de Londres, [...]. Le plus difficile à comprendre, c'était comment il pouvait savoir à quoi ça ressemblait, [...] je veux dire, il n'en était jamais descendu, de ce bateau, pas une fois [...]. Et toutes ces choses-là, pourtant, c'était comme s'il les avait vues. Novecento, tu lui disais "Une fois j'ai été à Paris", et il te demandait si tu avais vu les jardins de machin-truc, [...], il savait tout, [...]."

"-Mais tu y es déjà allé, à Paris, Novecento ?

-Non.

-Alors...

-C'est-à-dire... si.

-Comment ça, si ?

-Paris. "

 

"Tu pouvais te dire qu'il était fou. Mais ce n'était pas si simple. Quand un type te raconte avec une précision absolue quelle odeur il y a sur Bertham Street, l'été, quand la pluie vient juste de s'arrêter, tu ne peux pas te dire qu'il est fou pour la seule et stupide raison qu'il n'y est jamais allé sur Bertham Street. Lui, dans les yeux de quelqu'un, cet air-là, l'air de Bertham Street, il l'avait respiré, vraiment. A sa manière : mais vraiment. Le monde, il ne l'avait peut-être jamais vu. Mais ça faisait vingt-sept ans que Novecento, sur ce bateau, le guettait. Et lui volait son âme.

Il avait du génie pour ça, il faut le dire. Il savait écouter. Et il savait lire. Les gens. Les signes que les gens emportent avec eux : les endroits, les bruits, les odeurs,leur terre, leur histoire... écrite sur eux, du début à la fin. Et lui, il lisait, et, avec un soin infini, il cataloguait, il répertoriait, il classait.... Chaque jour, il ajoutait un petit quelque chose à cette carte immense qui se dessinait dans se tête, une immense carte, la carte du monde, du monde tout entier, d'un bout jusqu'à l'autre. Et ensuite il voyageait dessus, comme un dieu, pendant que ses doigts se promenaient sur les touches en caressant les courbes d'un ragtime. " 

 pp. 33-36

"Quand à moi, je n'étais même pas certain qu'il l'ait jamais été, malheureux. Ce n'était pas une de ces personnes dont tu te demandes toujours est-ce qu'il est heureux, ce type-là. C'était Novecento, point. Il ne te faisait pas venir à l'esprit l'idée du bonheur, ou de la souffrance. Il avait l'air au-dessus de tout, il avait l'air intouchable. Lui, et sa musique : le reste, ça ne comptait pas."

"Tu ne dois pas t'imaginer que je suis malheureux : je ne le serai plus jamais." ça m'en a laissé baba, cette phrase. Il n'avait pas l'air du gars qui plaisante, en disant ça. L'air de celui qui sait très bien où il va. Et qui y arrivera. C'était comme quand il s’asseyait au piano et qu'il commençait à jouer, aucune hésitation dans ses mains, ces notes, les touches semblaient les attendre depuis toujours, comme si elles n'avaient existé que pour ces notes-là, et uniquement pour elles. [...]

Je sais maintenant que ce jour-là Novecento avait décidé qu'il allait s'asseoir devant les touches blanches et noires de sa vie, et commencer à jouer une musique, absurde et géniale, compliquée mais superbe, la plus grande de toutes. Et danser sur cette musique ce qu'il lui resterait d'années. Et ne plus jamais être malheureux."

pp.56-57

Effie

Voir les commentaires

2014-08-26T10:58:55+02:00

Orgueil & Préjugés, le livre romantique par excellence

Publié par Dune

Orgueil et Préjugés

Jane Austen

Résumé:

Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu'il n'y a en fait qu'un héros qui est l'héroïne, et que c'est par elle, en elle et pour elle que tout se passe.
Mon avis:
 
Je mourrais d'envie de lire ce livre... Pour certaines, ce livre c'est le graal, la référance en la matière ! Alors, je voulais absolument savoir pourquoi ce livre avait autant de succès. Je les comprend maintenant...  Donc, j'ai profité des vacances pour me faire mon propre avis sur ce long classique. 
 
 
Je dois avouer que je suis assez fière. Je ne lis pas vraiment de classiques habituellement outre les classiques que j'ai lu pour l'école. Donc c'est un peu mon premier classique lu de mon propre cheffe et que j'ai aimé, de plus. ( A pars "Les quatre filles du docteur March" mais ça ne vaut pas....)
Au début, je dois avouer que j'ai eu un peu de mal avec le style d'écriture quand même très soutenu. Forcément, je ne suis pas habituée à de longues tirades de trois pages et à cette langue.  Mais je me suis accroché et j'ai continué ma lecture. 
Au bout de quelques pages, j'ai adoré découvrire cette campagne anglaise du 19ème siècle ! Je me suis attachée à Elizabeth Benett, Jane et même à ses soeurs insupportables et à sa mère qui l'est encore plus. J'avais vraiment l'impression d'être dans l'histoire. Je me suis retrouvé en Angleterre au bout de quelques pages. C'est vraiment un monde que j'ai adoré découvrire !
Mais s'il y a un personnage que j'ai adoré...C'est Darcy.
Je comprend tout à fait l'engouement féminin (en effet, il ne me semble pas que cet engouement soit très masculin par définition.) pour ce personnage.
Bon, bien entendu quand je l'ai vu apparaître pour la première fois, comme j'avais été spoilé (même mon quatrième de couverture me spoile. Si c'est pas de l'acharnement, ça.) un nombre incalculable de fois, je savais qu'il n'était pas si méchant qu'il en avait l'air. 
S'il y a un personnage qui était vraiment, vraiment ennuyeux et barbant ce n'est pas la famille de Lizzie qui est assez drôle au fond mais bel et bien le pasteur Collins. 
C'est le seul homme, à ma connaissance, qui a la capacité de se lancer dans une longue diatribe de trois pages expliquant les raisons pour lesquelles, se marier, c'est bien. Je dois avouer qu'à la fin, je n'en pouvais plus ! Tout ce que je voulais c'est qu'il se taise. Mais j'ai tout lu. 
C'est notamment à cause de ce personnage fort ennuyeux que je déconseillerais ce livre aux lectrices qui n'ont pas l'habitude de lire....Quoi que, vous pouvez être surprises mais je pense qu'il faut quand même avoir envie de lire ce livre jusqu'au bout et apprécier de lire un langage très soutenu pour pouvoir apprécier le livre et passer outre des discours vertigineux.  Disons que je ne l'offriai pas à ma copine qui ne jure que par "Voici" et "Fan2" (même si elle rate quelque chose.) je sais qu'elle n'aura pas le courage de dépasser sa flemme pour rentrer dans le vif du sujet !
Non mais sérieusement ce classique est juste génial car il fait voyager et rêver.
Alors, je finirai mon article de manière claire et concise : Lisez-le !
 
Article De Dune
 
 
 

Voir les commentaires

2014-08-25T07:20:44+02:00

Marque-page

Publié par Dune and Effie

Marque-page

Présentation

 

Voila comme promis la catégorie "Marque-page" ! Ici, vous trouverez des passages de livres qui nous auront touchées ou qui nous auront fait rire et parfois aussi des paroles de chansons ou des dialogues de films.

 

 

Marque-page

Qu’est-ce qu’un livre ? Une suite de petits signes. Rien de plus. C’est au lecteur à tirer lui-même les formes, les couleurs et les sentiments auxquels ces signes correspondent. Il dépendra de lui que ce livre soit terne ou brillant, ardent ou glacé.

Jardin d’Épicure

Anatole France

Voir les commentaires

2014-08-23T17:59:55+02:00

Petit message

Publié par Effie

Bonjour à tous !

Premièrement, je tenais à m'excuser pour mon absence (voire mon inexistence...) sur le blog. J'avais vraiment beaucoup de mal à allumer l'ordinateur et à écrire des articles. Je passais souvent lire les articles de Dune que je trouve vraiment bien écrits et j'ai essayé de m'y remettre mais je bloquais à chaque fois devant l'écran. Pour ne pas disparaître totalement de ce blog, je tenais la page instagram du blog (@freedom_dreams_books, allez-y jeter un coup d’œil ^^).

Ensuite, je voulais dire que je reviens vraiment sur le blog mais dans une nouvelle catégorie qu'on va instaurer d'ici peu ! Ce sera un catégorie peut-être tenue aussi par Dune et qui s’intitulera " Marque-page ". Dedans, on mettra des petites phrases trouvées dans des livres qui nous auront fait rire ou pleurer. Si vous en avez aussi, vous pourrez nous les envoyer à notre adresse mail : freedom.dreams.books@gmail.com :).

Pour finir, je voulais parler d'une idée de concours que nous avons eu avec Dune. J'en ai déjà parlé approximativement sur notre page instagram, il se déroulera à la rentrée. Il y aura un article "officiel" bientôt ;) ! Nous espérons que vous serez nombreux à y partciper,

Amicalement,

Effie

Voir les commentaires

2014-08-22T17:36:41+02:00

Le blog a 1 an !

Publié par Dune

Le blog fête aujourd'hui ses un an ! 

Un article s'imposait non ?

Alors, merci de nous suivre de plus en plus nombreux !

Car Freedom, dreams and books c'est 158 articles, 3680 visites, 603 commentaires, des partenaires, pleins de nouvelles découvertes et surtout pleins de plaisirs ! 

C'est absolumen dingue ! 

On va organiser un super concours pour fêter nos un an. Tenez vous prêts....

On vous retrouve bientôt pour de nouveaux rendez-vous et de nouvelles chroniques ! 

Un dernier message...

 

Xoxo

Avec love

Dune et Effie

 

 

Voir les commentaires

2014-08-22T09:45:57+02:00

Paradise Kiss, une belle découverte

Publié par Dune

Paradise Kiss

Ai Yazawa

Chronique sur les cinq tomes

 

Résumé:

La très sérieuse lycéenne Yukari n'a qu'une obsession: réussir son entrée à l'université. Son assiduité aux études n'a d'égale que sa phobie excessive des gens. Aussi, quand un garçon tente de l'aborder, puis qu'un travesti lui barre la route, elle s'effraie au point qu'elle s'évanouit! Lorsqu'elle se réveille au "Paradise Kiss", une sorte de bar tenant lieu d'atelier de couture, elle apprend que ses "agresseurs" sont des étudiants d'une école de mode qui travaillent à leur création de fin d'année. Isabella, le travesti, Arashi, le garçon, et Miwako, sa copine, s'activent à réaliser une robe dessinée par leur ami Georges. En raison de sa taille et de sa minceur, Yukari est pour eux le mannequin idéal pour présenter ce modèle.
Quels sacrifices devra-t-elle faire pour entrer dans ce monde bizarre qui l'attire pourtant ?
Mon avis:
 

J'ai commencé cette très célèbre série de manga, attiréepar la notorieté en or qu'a l'auteur.

Je ne lis pas souvent de shôjos. J'en lis de temps en temps quand je suis d'humeur particulièrement romantique. J'en ai lu pas mal quand même mais je dois avouer que c'est souvent des histoires d'amour un peu gentillette ou alors avec des blagues bien grasse.

Pas tout le temps, hein. J'ai beaucoup apprecié la célèbre série Fruit Basket, j'adore No Longer Heroine qui me fait bien rire et j'aime bien Le Secret d'Aiko, c'est pas génial mais c'est divertissant.

Donc, vous l'avez compris, pour ce premier tome, je ne savais pas à quoi m'attendre. J'en avais entendu énormement de bien mais d'un côté, j'avais des doutes et j'avais peur de me retrouver face à un livre absolument plat et peu originale. Et là, je me suis mise à lire  une histoire bien plus profonde et touchante que d'habitude. Oubliez le shôho très commercial, très gras que tu lis en cachette parce qu'au fond, tu le sais bien, c'est nul.

Dans ce premier tome, nous avons face à nous Yukari, une adolescente japonaise très studieuse mais dont la vie n'a pas vraiment de sens. Elle n'a pas de passion, pas beaucoup d'amis. On plonge immédiatement dans l'histoire. Il est facile de comprendre Yukari et c'est un personnage très réaliste, avec ses forces et ses faiblesses.

Ai Yazawa se démarque sur beaucoup de plans. Notamment à travers son dessin qui au premier abord est très simple mais qui est en fait rempli de détails et d'une rare complexité.

Durant le deuxième tome, l'histoire d'amour prend plus d'importance. 

L'histoire mise en place durant le premier tome prend son envol. On en découvre plus sur certains personnages et on s'attache à eux.

Notamment le personnage de George. Encore une fois, Ai Yazawa rennonce à la facilité en créant un personne désagréable mais charismatique que ni l'héroïne ni le lecteur réussit à comprendre.

Quant à l'héroïne, elle se met à prendre des décisions et prend elle aussi son envol.

 

 

 

 Dans ce troisième tome, l'héroïne, l'héroïne continue à évoluer. 

Il est vraiment intéressant de voir son évolution. 

Il reste de nombreux "mystères" sur certains personnages et leur passé mais l'auteure dévoile petit à petit des faces de leur personnalité que l'on aurait pas soupconné.

L'histoire d'amour est remise en question. George est vraiment un personnage très dur à cerner et l'héroïne a l'impression de ne faire que des gaffes.

Même si on l'enlise ici dans de nombreuses questions, cela reste un très bon tome.

 

 

Dans cet avant dernier tome, l'histoire d'amour devient plus sérieuse et on en apprend beaucoup sur Isabella. 

J'aime beaucoup le fait que l'auteur varie les points de vue et qu'ainsi le lecteur se retrouve à savoir des choses que l'héroïne ne sait pas.

Ce que j'apprécie dans ce manga c'est qu'on sait que c'est l'avant dernier tome et j'ai l'impression que l'auteur avait une idée très précise du cheminement de l'histoire. 

Parfois, certains mangas sont continués juste dans le but de vendre et je ne crois pas que c'est le cas ici. 

Cela ne part donc pas en gros n'importe quoi, juste pour qu'il y ait des rebondissements.

 

 L'ultime tome est à mon avis le meilleur car l'auteur réussit à surprendre jusqu'au bout ! La fin est absolument géniale car là où n'importe quel auteur aurait transformé son personnage de manière à ce que ça finisse comme le souhaiterait le lecteur, l'auteur ne déforme aucun de ses personnages.

La robe finale qu'on attend pendant quand même pendant quatre tome est absolument magnifique et c'est peut-être une impression mais les dessins ont l'air plus doux.

On en apprend beaucoup plus sur les amis de l'héroïne et j'ai adoré voir leur passé.

 

 

 

 

En résumé, vous l'avez compris. Cette petite série de mangas, cinq tomes seulement, est une des meilleures que je n'ai jamais lu ! Je la conseille vivement à tous les amateurs de mangas et les autres aussi. 

 

 

 

Voir les commentaires

2014-08-18T10:51:10+02:00

L'appétissant Lundi (12)

Publié par Dune

L'appétissant Lundi (11)

L'appétissant Lundi a été mis en place Par Brittany du blog Nice Girls Read Books et repris en français par Mademoiselle Libellule du blog You Once Told Me (Qui choisit des couvertures à couper le souffle, au passage..Je vous invite à aller voir !)

" Parce que la morale à beau dire qu'il ne faut jamais juger un livre par sa couverture, admettons qu'elle est quand même faite pour ça. Après tout, comment juger un livre autrement ? On ne peut pas tous les acheter, on doit choisir, et quel autre critère que la couverture ?"

------------------------

Ah, ce lundi est le dernier avant la rentrée. 

Mais bon, haut les coeurs, les amis ! Nous trouverons le courage pour affronter à nouveau une nouvelle année et je trouverai le temps d'écrire les 1939393 chroniques qu'il me reste.

Pourquoi à chaque fois que je suis enfin à jour, au bout de quelques jours je ne le suis plus ? Pourquoi ?

Enfin bref, j'ai longuement hésité cette semaine devant les couverture et finalement j'ai opté pour celles-là ;

 

 

September Girls - Benett Madison

Coup de foudre - Mélanie Rose

La chimie des larmes - Peter Carey 

White Lines - Jennifer Banash

Saving Elliott -  Rose North

Alors, laquelle préferez-vous ? Laquelle vous donnereait immédiatement envie de lire le livre ?

Bonne journée !

Dune

 

 

 

 

Voir les commentaires

2014-08-12T07:36:22+02:00

Comme des images

Publié par Dune

Comme des images

Clémentine Beauvais

Résumé:

« Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde.
C’est ici, dans ce très prestigieux lycée, que tout va se jouer. Léo a une journée pour assumer ces images. Mais il faut vite régler cette histoire pour pouvoir penser à autre chose, aux maths et à la physique, à la première S. Parce qu’on ne plaisante pas avec ces choses-là, par ici. On savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Mais on ne pensait pas que cette journée allait se terminer comme ça, à regarder, en plein milieu de la cour, un corps ensanglanté – tout cassé. »

Mon avis:

Ce livre me faisait de l'oeil depuis sa sortie et je remercie chaleureusement Victor des éditions Sarbacane de m'avoir fait confiance!

Ce livre m'a chamboulé. Dès les premiers mots, on sent la catastrophe, on la voit arriver et pourtant... Ce livre narre une totale décadance, une descente aux enfers...Le choix de la narration est très intéressant et prenant. C'est la copine qui raconte l'histoire. La copine, ça pourrait être moi, ça pourrait être vous. Elle a une vie banale, sans grande vague. Je n'ai pas relevé de prénom. 

Elle n'a pas une personnalité très pronnoncé donc on réussit facilement à rentrer dans le récit à travers ses yeux. Et au fil de l'histoire, elle s'affirme. A moins que cela soit trop tard....

Elle assiste, impuissante, aux malheurs de sa meilleure amie et de sa soeur. 

Et plus, on a l'impression que les choses vont s'arranger, plus c'est la chute libre. 

On a l'impression de découvrire les félures des personanges sous nos yeux horrifiés. Léopoldine et Iseult portent bien leurs noms. Des héroïnes de drame, de tragédie. Je me suis attachée à elles, malgrés tout...Surtout à Iseult. Mais leur relation ainsi que celle avec l'héroïne a quelque chose de "malsain", je serai incapable de dire pourquoi. Et ça m'a fait bizarre.

"Comme des images". Le titre corresspond tellement bien à ce livre. Ce sont des images qui vont se déchirer sous nos yeux, des images qui vont briser des certitudes, des amours et des vies.

Je n'ai pas réussi à lâcher le livre. Je lisais sur mon ordinateur ce qui est terriblement inconfortable, avouons-le et pourtant, je n'arrivais pas à m'arrêter de le lire. 

Le style de l'auteur est prenant, fort. J'ai trouvé incroyablement fort la manière dont elle décrivait le monde de l'héroïne car c'est d'un réalisme surprenant. Souvent les auteurs ont du mal à saisir le monde adolescent et ce n'est pas du tout le cas de l'auteur. J'avais l'impression que cette histoire aurait pu se passer dans mon école avec mes camarades, ce qui rend ce livre vraiment terrible. Il y a peut-être juste le professeur d'anglais qui m'a laissé septique. Je ne sais pas s'il pourraiz exister, du moins, je ne l'espère pas. 

Elle pose des questions intéressantes sur la sexualité, la honte et ses tabous. Oui, vraiment c'est un livre qui ouvre la porte à de nombreuses réflexions.

Le sujet choisi est un sujet qui aborde, malheureusement, une situation courante.

Cette année, dans ma ville, je compte plus de trois vidéos, à ma connaissance (et je ne suis absolument pas le genre de fille à faire tourner, j'ai juste entendu des personnes dans le bus ou des amies me raconter...) , qui ont tournées où les filles étaient nues.

Dans toute la ville, presque tous les adolescents, du moins, savaient. Cela me choque qu'autant de gens aient fait tourner et aient pu regarder. C'est un tel manque de respect pour ces filles...Donc, oui, ce sujet est qui m'a particulièrement touché. 

La fin...Comment dire. Je la voyais venir. Mais elle m'a émue aux larmes. C'est dur, très dur. 

En résumé, je dirais que c'est un livre très bien écrit, la thèmatique est intéressante et le récit est bien construit. Mais, il y a un côté "malsain" qui m'a dérangé. Cependant, n'hésitez pas à le lire, il est très bien !

Article de Dune

 

Voir les commentaires

2014-08-11T11:56:48+02:00

L'appétissant Lundi (11)

Publié par Dune

L'appétissant Lundi (11)

L'appétissant Lundi a été mis en place Par Brittany du blog Nice Girls Read Books et repris en français par Mademoiselle Libellule du blog You Once Told Me (Qui choisit des couvertures à couper le souffle, au passage..Je vous invite à aller voir !)

" Parce que la morale à beau dire qu'il ne faut jamais juger un livre par sa couverture, admettons qu'elle est quand même faite pour ça. Après tout, comment juger un livre autrement ? On ne peut pas tous les acheter, on doit choisir, et quel autre critère que la couverture ?"

----------------------------

Cela faisait longtemps, n'est-ce pas ? 

J'adore ces couvertures ! Elles me donnnet trop envie de lire le livre !  Elles sont hyper fraîches ! 

 

Qu'en pensez-vous ? Laquelle préferez-vous ?

 

 

 

Going Vintage - Lindsey Leawitt 

Even in Paradise - Chelsey Philipot 

The Disenchantements - Nina Lacour

The Museum of intangible things - Wendy Wunder

No Place to fall - Jaye Robin Brown

La fille du papillon - Anne Mulpas

Article de Dune

 

Voir les commentaires

2014-08-06T15:51:51+02:00

Ensemble, c'est tout

Publié par Dune

Ensemble, c'est tout

Anna Gavalda

Résumé:

" Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, différents ? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes...
Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences... " Camille dessine. Dessinait plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l'existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l'idée de mourir loin de son jardin.
Ces quatre là n'auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés... Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l'amour -appelez ça comme vous voulez -, va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever.

Mon avis:

Et voilà! J'ai terminé "Ensemble c'est tout"! Je vous écris un article sur le vif même si vous le lirez seulement à mon retour.

Au début, c'est la curiosité qui me l'a fait lire. On connaît tous Anna Gavalda sans pour autant avoir lu ses livres. Et puis j'avais lu un bel interview d'elle dans Phosphore

J'avais envie de découvrir cette auteure. Alors quand je suis allée dans une bouquinerie et que j'ai vu qu'ils avaient la version qui était trop belle mais qui n'était plus éditée (oui c'est une raison nulle mais passons...) j'ai sauté sur l'occasion. Et puis, je suis tombée amoureuse de la dernière phrase du résumé "Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever." (Comme quoi, le résumé compte aussi beaucoup....)

Comment vous expliquer ce que j'ai ressenti en lisant ce livre ?

Comme disent les anglais, ce livre est un véritable page-turner. J'ai tellement été prise dans l'histoire que je n'ai pas vu le temps passer, c'est vous dire... J'ai commencé le matin à lire ce livre, pas totalement convaincue, je l'avoue, et je l'ai finis une quelques heures plus tard. J'ai dévoré 573 pages en quelques heures, comme j'aurais dévoré une plaque de chocolat : en profitant de chaque carré, sans m'arrêter pour autant. (Dune, la reine de la métaphore...) Quand j'ai enfin levé la tête de mon livre, quelle a été ma surprise quand j'ai remarqué que le soleil de couchait sur la mer, que les gens partaient petit à petit... Je n'ai simplement pas vu le temps passer. 

Dès les premiers mots, j'ai été emportée à Paris, parfois dans la vie de Camille et parfois, dans celle de Frank.

C'est étrange car normalement, le style d'Anna Gavalda n'est pas le genre de style auquel j'adhère normalement et là, j'ai totalement accroché. Je l'ai trouvé très beau et il m'a beaucoup touché

Je me suis attachée à tous les personnages ; Paulette, Camille, Frank et Philibert.

Je me suis indignée avec eux, je me suis posée des questions, j'ai ri, j'ai été triste, j'ai été surprise. J'ai pas pleuré. C'est une belle histoire, un peu triste, sans pour autant nous plomber de malheurs et de tristesses.

Ce livre raconte la vie : avec ses problèmes par milliers, ses fêlures, ses joies, ses moments partagés, ses rires, ses larmes.

Nos protagonistes se trompent, font machine arrière, avancent ensemble, se soutiennent. Maintenant que j'ai terminé ce livre, je me suis dit que Camille et les autres vont me manquer. Ils m'ont tous beaucoup touché à leur manière.

J'ai beaucoup aimé Frank et son côté un peu grand dadais.

J'ai beaucoup aimé Camille avec sa gentillesse, sa générosité et sa fragilité.

J'ai beaucoup aimé Philibert avec sa timidité et des connaissances énormes en histoires.

J'ai beaucoup aimé Paulette avec son côté farouche et sa vieillesse.

Si je devais relever un défaut se serait peut-être la fin qui est très happy ending et un peu "La vie est magnifiquement belle lalalala". Bon, d'un côté, c'est vrai; 

 

*C'était le message positif de la journée.*

Mais quand même ! 

En somme, j'ai adoré ce roman et je vous le conseille vivement ! 

Article de Dune

L'article de ma partenaire vous intéresse ? Cliquez ICI!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog